Menu de navigation

Inscription

Étudiant
Inscription auprès de votre unité académique de votre université d’attache.
Coût du cours de 3 crédits en fonction de votre statut universitaire.

Admission générale
(professionnel et grand public)

L’inscription se fait en ligne, de façon sécuritaire et par carte de crédit.
Les tarifs sont les suivants :
600 $/ 5 jours ou 135$ / jour

Période d’inscription terminée

Information

Nathalie Parent
Coordonnatrice de la formation continue
514 343-6111, poste 30197

« Cette formation fut une façon pertinente de profiter d'un transfert de connaissance de chercheurs et d'équipes terrain pour mieux contribuer à mettre en œuvre différents modèles d'intervention. »

Agathe Lalande
Chef de division qualité de vie et développement communautaire
Ville de Gatineau

« Cette formation m’a offert un temps d'arrêt
et m'a permis de me reconnecter sur
les valeurs et les principes qui guident ma pratique. »

Marie-Andrée Veilleux,
M.Sc., T.S.
Spéclialiste en activités cliniques - Équipes S.I.M. et S.I.V.
CSSS Lucille-Teasdale
CIUSSS de l'Est-de-l'Île-de-Montréal

Nature de l'activité :
Université d’été (conférences, ateliers et tables rondes)
Date :du 28 août au 1er septembre 2017 – 9 h à 16 h
Sigle :
PRX6001 Enjeux et pratiques en itinérance
Lieu :
Université de Montréal, salle C-3061, Pavillon Lionel-Groulx 3150, rue Jean-Brillant
Clientèle visée :
Gestionnaires, intervenants, professionnels, praticiens, et étudiants de 2e et 3e cycles
Reconnaissance :
30 heures de formation (professionnels) – Accrédité par l’Ordre des travailleurs sociaux et des thérapeutes conjugaux et familiaux du Québec, numéro d’activité 630

Formation accréditée par l’Ordre des travailleurs sociaux et des thérapeutes conjugaux et familiaux du Québec
et par la Faculté des sciences infirmières.

Contexte

L’adoption par le gouvernement du Québec d’une première politique en itinérance ainsi qu’un premier plan d’action en 2014 ont permis de faire état d’un manque flagrant de formation sur ce sujet. En créant un espace de formation et d’échange portant directement sur les questions entourant l’itinérance, cette école d’été constitue une 1re réponse à ce manque.

Objectifs

Privilégiant une approche pluridisciplinaire (travail social, sociologie, droit, science politique, santé publique, criminologie), cette école d’été vise à présenter différents enjeux entourant l’itinérance ainsi que des pratiques d'intervention. La définition, les visages et les lieux de l’itinérance, les politiques, les modèles et les pratiques d’intervention, les questions de santé et de santé mentale des populations itinérantes, les enjeux entourant la judiciarisation et le partage de l’espace public seront au cœur des thèmes abordés. Alternant entre regard scientifique et théorique et la présentation de pratiques d’intervention, cette formation permettra de dresser un état des lieux et de faire un portrait des interventions.

Pourquoi participer?

Pour approfondir ses connaissances et profiter d’une occasion unique de formation pluridisciplinaire alliant connaissances théoriques et pratiques, afin de traiter des différents enjeux entourant le phénomène de l’itinérance.

Pour comprendre les réalités et les défis que pose le phénomène de l’itinérance et sa complexité de traitement pour les intervenants, décideurs et citoyens.

Pour participer aux débats et aux réflexions que soulève le phénomène de l’itinérance, tant sur le plan des connaissances que celui des interventions à favoriser.

Pour connaître et partager les pratiques développées à l'endroit des populations itinérantes.

Programme

Université d'été – Enjeux et pratiques en itinérance
Une semaine de conférences, tables rondes et exposés sur le phénomène de l'itinérance!
du 28 août au 1er septembre 2017

**JOUR 1 – 28 AOUT** TRAJECTOIRES ET VISAGES DE L’ITINERANCE
Séance 1 
9h – 12h
Définitions et trajectoires de l’itinérance. 
Céline Bellot, UdeM
 
  • • Simard, M. (2016) – Introduction. p. 1-10.
  • • Politique nationale de lutte à l’itinérance - pages sur la définition, p. 29-30 – Voir liste des liens
  • • La Définition canadienne de l’itinérance, p.1-5 - Voir liste des liens.
 
Séance 2 
13h – 16h
Les visages de l’itinérance : jeunes de la rue ; femmes ; hommes ; autochtones ; LGBTQ.
 Témoignages : Patrick Conroy et Émilie P. Dupont.
 
  • • RAPSIM. (2016). L’itinérance à Montréal. Au-delà des chiffres - Voir liste des liens
  • • RAIIQ, RGF03, Gélineau, L. et al. (2008). La spirale de l’itinérance au féminin : pour une meilleure compréhension des conditions de vie des femmes en situation d’itinérance de la région de Québec - Voir liste des liens 
  • • RSIQ (2015). Au-delà de la rue - Voir liste des liens
 
Séance 3
17h – 19h
5 à 7 Journal de bord
**JOUR 2 – 29 AOUT** AGIR AUPRES DES POPULATIONS EN SITUATION D’ITINERANCE: DES POLITIQUES AUX MODELES D’INTERVENTION
Séance 4 
9h – 10h30
Regard sur les politiques gouvernementales et les modèles d’intervention. 
Céline Bellot, UdeM
 
  • • Simard, M. (2016). Chapitre 7.
  • • Rech, N. (2007). Pour une politique en itinérance. Se mobiliser pour améliorer la condition des sans-abri. dans Roy et Hurtubise. Dans L’itinérance en questions. Chapitre 5, p. 117- 128. PUQ - Sur StudiUM.
 
Séance 5 
10h30 – 12h 
La réponse dans les régions : présentation des intervenants et de leurs pratiques.
Michel Simard, Centre Le Havre de Trois-Rivières.
Séance 6 
13h – 14h30 
Les modèles alternatifs et participatifs. 
Jacinthe Rivard, UdeM.
 
  • • Bourbeau, B. (2014). Santé de proximité. Des pratiques alternatives pour pallier les manques du système. Dans RSIQ, Au-delà de la rue, p. 48-50. Document remis en classe
  • • Rheaume, J. & Sévigny, R. (1987). Les enjeux sociaux de la pratique dite «alternative». Revue canadienne de santé mentale communautaire, 6 (2), 133-147 – Voir liste des liens.
  • • Rivard, J. (2004). Des pratiques autour des jeunes/enfants des rues : une perspective internationale. Nouvelles pratiques sociales, 17 (1), automne - Voir liste des liens.
 
Séance 7
14h30 – 16h
Présentation des intervenants et de leurs pratiques. 
Jessica Albeyra et Alex Boucher - Groupe d’intervention alternative par les pairs (GIAP).
William-J. Beauchemin, médiateur et chargé des laboratoires en innovation sociale – Exeko 
**JOUR 3 – 30 AOUT** LE LOGEMENT ET L’ITINÉRANCE
Séance 8 
9h – 10h30
De l’hébergement à la stabilisation résidentielle. 
Elisabeth Greissler, UdeM
 
  • • Greissler, E., RACQ (2014). Le post-hébergement dans les auberges du cœur : un prolongement des pratiques d’affiliation. Rapport de recherche - Voir liste liens
 
Séances 9 
10h45 – 12h
Présentation des pratiques d’hébergement. 
Isabelle Renaud – Le Tournant
Séance 10 
13h – 14h30
Politiques du Logement d'abord: historique et examen critique 
Céline Bellot, UdeM
 
  • • Gaetz, S., Scott, F. et Gulliver, T. (2013). L’approche logement d’abord au Canada : Appuyer les collectivités pour mettre fin à l’itinérance, Toronto : Canadian Homelessness Research Network Press, 3-20. Voir liste des liens
  • • Stock, M. (2016). Ending Homelessness ? A critical examination of Housing First in Canada and Winnipeg. Canadian Center for policy alternatives – Sur StudiUM
 
Séance 11 
14h45 – 16h
Réseau Habitation Femmes (RHF) – Montréal 
Anne Lagacé, organisatrice communautaire
Marie-Ève Desroches, administratrice
Séance 12
17h – 19h

5 à 7 Journal de bord
**JOUR 4 – 31 AOÛT** ENJEUX ET DEFIS AUTOUR DE LA SANTE DES POPULATIONS EN SITUATION D’ITINERANCE
Séance 13 
9h – 10h30
Regard sur la santé des populations en situation d’itinérance 
Jacinthe Rivard, UdeM
Laurence Roy, U. McGill
 
 
  • • Simard, M. (2016), p. 101-105
  • • Arsenault, J. (2014). Les échappés de la santé. Dans RSIQ, Au- delà de la rue, p. 44-47 - Document remis en classe
  • • 3èmes États généraux de l’itinérance au Québec (2015). Santé et services sociaux. Services de proximité ou proximité des services ? p.101-106 – Voir liste des liens
  • • Waegemakers Schiff, J. (2015). Homelessness and Health. Chapitre 3. p. 48-90 - Sur StudiUM
  • • Naufragés des villes. Épisode 9: Se soigner - Voir liste des liens.
  • • Bonin, J.P., Denoncourt, H., et al. (2007). Vision clinique, vision scientifique. Regards complémentaires sur l’itinérance.
 
Dans L’itinérance en questions, chapitre 3. p. 77-93 – Sur StudiUM
  • • Plante, M-C. (2007). Les maux de la psychiatrie face à l’itinérance. Dans L’itinérance en questions, chapitre 10. p. 217-231 - Sur StudiUM
  • • Poirier, M. (2007). Santé mentale et itinérance : analyse d’une controverse. NPS 19(2), p. 76-91. Voir liste des liens
  • • Hurtubise, R., Rose, M-C. (2013).Consensus d’experts dans l’intervention auprès de personnes combinant parcours d’itinerance et problèmes de santé. Voir liste des liens. 
    En savoir plus
 
Séance 14 
10h45 – 12h
Pratique des soins infirmiers auprès des populations en situation d’itinérance. 
Équipe en itinérance, Direction santé mentale et dépendance, Centre intégré universitaire de santé et services sociaux (CIUSSS) du Centre-Sud-de-l’Ile-de-Montréal. 
Mélissa Tam, infirmière clinicienne
Séance 15 
13h – 16h00
Mises en situation 
Jacinthe Rivard, UdeM
Laurence Roy, UMcGill
**JOUR 5 – 1ER SEPTEMBRE** ENJEUX ET DÉFIS ENTOURANT L’OCCUPATION DE L’ESPACE PUBLIC
Séance 16 
9h – 10h30
Judiciarisation de l’itinérance et profilage social. 
Céline Bellot, UdeM 
 
  • • Bellot, C., St-Jacques, B. (2007). La gestion pénale de l’itinérance. Un enjeu pour la défense des droits. Dans L’itinérance en questions, chapitre 8. p. 171-191 – Sur StudiUM
  • • RAPSIM (2016). Profilage social - Voir liste des liens
 
Séance 17 
10h30 – 12h
Une pratique d’accompagnement à la cour municipale. 
Isabelle Raffestin/Clinique Droits Devant.
Séance 18 
13h – 14h30
Espace public et itinérance 
Céline Bellot, UdeM
 
  • • Margier, A., Bellot, C. et al. (2014). L’itinérance en milieu urbain. Deux voies de normalisation. Le sociographe, (48), p. 21-32 - Voir liste des liens.
  • • Parazelli, M., Bellot, C. et al. (2014). Les enjeux du partage de l’espace public avec les personnes itinérantes…Synthèse du rapport de recherche - Voir liste des liens.
 
Séance 19
14h30 – 16h
La défense du droit de cité des populations en situation d’itinérance.
Élise Solomon/RAPSIM. 
Au plus tard jeudi 31 août - Remise préalable du plan de travail d’une page (5%)
Au plus tard lundi 4 septembre - Remise du Journal de bord (35%)
Vendredi 29 septembre - Remise du travail écrit (50%)

Formateurs

Céline Bellot, Université de Montréal

Céline Bellot est professeure titulaire à l'École de travail social de l'Université de Montréal, co-titulaire de l'école d'été sur l'itinérance et directrice de l'Observatoire sur les profilages (OSP). Ses recherches portent sur les trajectoires des jeunes de la rue, des jeunes en difficulté, des utilisateurs de drogues injectables, et sur les enjeux entourant, d'une part, la judiciarisation des populations itinérantes et en situation de pauvreté au Canada et, d'autre part, le phénomène du profilage, qu'il soit racial, social ou politique. Elle travaille également à l'analyse et à l'évaluation d'interventions novatrices : intervention par les pairs, prévention de la consommation de drogues en milieu scolaire, intervention en insertion sociale. Elle est aussi active dans différents organismes communautaires de Montréal. Ses projets sont le plus souvent réalisés en partenariat ou de manière participative. 

Courriel

Jacinthe Rivard, Université de Montréal

Jacinthe Rivard, Ph. D. est co-titulaire de l'école d'été sur l'itinérance, coordonnatrice de recherche à l'Université de Montréal, et coordonnatrice de l'Observatoire sur les profilages (OSP). Conjuguant études et terrain, elle cumule, dès 1979, des expériences d'intervention au Nord aussi bien qu'au Sud. Ses études, orientées sur le monde et ses implications professionnelles, auprès et autour des jeunes associés à la rue au Québec, ont favorisé un regard sur le phénomène des jeunes en situation de précarité qui tend à intégrer l'universel dans le particulier et inversement. Elle est engagée, avec Céline Bellot depuis plus de 10 ans, dans des recherches autour des populations dites vulnérables. Elle enseigne à l'UdeM aux 1er et 2e cycles et réalise des évaluations de programme et d'interventions novatrices, priorisant les approches partenariales et participatives.

Courriel

Équipe en itinérance de Montréal, Direction santé mentale et dépendance, Centre intégré universitaire de santé et services sociaux (CIUSSS) du Centre-Sud-de-l’Ile-de-Montréal

Dans divers coins du Québec, des équipes itinérance ont été mises sur pied par des centres de santé et de services sociaux (CSSS) afin d'offrir des réponses plus adéquates et mieux ciblées aux personnes en situation d'itinérance. Ces équipes ont développé des approches novatrices pour considérer les besoins des personnes dans leur globalité (santé, social, sécurité, faim, hébergement). Elles réunissent des médecins, des infirmières, des travailleurs sociaux et des organisateurs communautaires. Les personnes desservies par les équipes itinérances vivent une multitude de problématiques (santé physique, santé mentale, toxicomanie, perte d'autonomie), et sont accompagnées pour une pluralité de besoins (cartes d'identité, revenu, santé, logement). L'expertise multidisciplinaire développée par ces équipes va de la réponse à des demandes directes jusqu'au travail d'outreach, en passant par le maillage et le réseautage des ressources du réseau public et du milieu communautaire.

Courriel

Groupe d’Intervention Alternative par les Pairs (GIAP)

Le Groupe d'intervention alternative par les pairs (GIAP) a pour mission de prévenir la transmission du VIH, du VHC et des autres ITSS et de réduire les méfaits reliés à l'utilisation de drogues et au mode de la rue, auprès des jeunes montréalais en situation de grande précarité. Depuis près de vingt ans, le GIAP déploie une approche d'intervention alternative unique et originale, qui prend appui sur les savoirs expérientiels de jeunes ayant connu le mode de vie de la rue, les pairs-aidants. Les pairs-aidants sont au centre du GIAP et ont co-construit au fil des ans une approche d'intervention originale et authentique, utilisant cette proximité de vécu afin de rejoindre les jeunes les plus désaffiliés et méfiants envers les professionnels et intervenants. Les pairs-aidants permettent le rapprochement entre deux mondes: celui de la rue et celui des services sociaux et de santé. Le GIAP regroupe cinq ressources communautaires et une ressource institutionnelle: CACTUS Montréal, Dans la rue, l'Unité d'intervention mobile L'Anonyme, Plein Milieu, Médecins du Monde Canada et le CSSS Jeanne-Mance via la Clinique des jeunes de la rue. Les pairs-aidants développent des projets spéciaux de prévention et travaillent en collaboration avec les intervenantEs des ressources partenaires afin d'améliorer le soutien offert aux jeunes en situation de grande précarité.

William-J. Beauchemin, Exeko

William-J. Beauchemin est chargé de laboratoires en innovation sociale pour Exeko. Il est médiateur pour l'organisation depuis 2013 et a œuvré dans différents milieux (itinérance, jeunesse, autochtone) pour mettre de l'avant l'exercice de la pensée critique, de l'analyse sociale et de l'action citoyenne. Depuis 2014, il participe à la codification et au développement de la médiation intellectuelle en tant que chercheur pour Exeko, ayant depuis formé et accompagné une variété d'acteurs à cette pratique sociale et philosophique. Il est formé en philosophie et en sociologie.

Participants

Professionnels concernés par les questions de l'itinérance : intervenants, praticiens, membres des corps policiers, décideurs, gestionnaires d'institutions publiques, ONG, OBNL, associations ou ordres professionnels.

Étudiants des cycles supérieurs.

Pédagogie

Alternant entre regard scientifique et théorique et la présentation de pratiques d'intervention, la matière sera transmise en recourant à divers outils pédagogiques : exposés magistraux, conférences, tables rondes, exercices individuels ou en petits groupes, ateliers d'échanges autour de lectures et visionnement de documentaires.

Le matériel nécessaire à la formation ainsi qu'une bibliographie seront disponibles sur StudiUM (information à venir).

Pour ceux et celles qui suivront la formation en tant qu'étudiant (3 cr.), un examen (40 %) et un travail final de réflexion (50 %) à remettre en septembre sont prévus. La participation et la présence aux conférences et séminaires seront également évaluées (10 %).

Coût

Étudiants UdeM ou de d'autres universités au Québec :

Le coût de ce cours d'été de 3 crédits dépendra de votre statut :

  1. Étudiant d'un programme de cycles supérieurs : paiement par trimestre
  2. Étudiant libre : paiement aux crédits

Vous pourrez valider cette information auprès de la technicienne en gestion des dossiers étudiants de votre département qui procèdera à votre inscription

Admission générale (grand public et professionnel) :

· 600 $/5 jours ou 135 $/jour
* Les taxes ne sont pas sont incluses

Politique d'annulation

Le Faculté des arts et des sciences se réserve le droit d'annuler la tenue d'une école d'été dans le cas d'un nombre d'inscrits insuffisant. Les participants seront alors avisés et bénéficieront d'un remboursement complet. La FAS se réserve le droit de limiter le nombre de places dans ses écoles d'été.

Politique de remboursement

Annulation 15 jours et plus avant le début de l'école : des frais de 30 $ seront déduits de votre remboursement.
Annulation moins de 15 jours avant le début de l'école : aucun remboursement.

Renseignements

La formation complète est d'une durée de 30h ou 6h par jour. Les heures de formation ne sont pas transférables en crédits universitaires. Une attestation de participation de la Faculté des arts et des sciences de l'Université de Montréal sera remise aux participants.