Passer au contenu

/ PRAXIS Centre de développement professionnel

Rechercher

Accréditée par

Les professionnels recevront une attestation de formation continue de 32,5 heures (5 jours) complètes ou de 6,5 heures (1 jour).

Sommaire

L’université d’été permet aux participants, étudiants comme professionnels, d’avoir accès à une formation pluridisciplinaire et intersectorielle, jumelant connaissances théoriques et pratiques. Elle vise à rendre compte des nouvelles connaissances ainsi que des enjeux et défis, tant sur le plan scientifique que sur le plan des pratiques, entourant le phénomène de la violence faite aux femmes.

La violence conjugale et la violence envers les femmes soulèvent de nombreux enjeux tant sur les plans théoriques (que l’on pense à sa définition et à sa mesure), que pratique (que l’on pense aux réponses sociales à la violence qui doivent s’adapter aux besoins de clientèles spécifiques). Cette école d’été abordera différents thèmes liés à ces violences, tels que les enjeux entourant la violence conjugale et les violences faites aux femmes, les réponses sociales et juridiques à ces violences, les approches et pratiques d’intervention, les violences à caractère sexuel, les violences commises à l’égard des femmes dans l’espace public, ainsi que les défis et enjeux de la période post-séparation.

Pour qui?

Intervenants et praticiens des milieux communautaire, de la santé et des services sociaux, policier, judiciaire et correctionnel.

Une attestation est remise après la formation

Objectifs

  • Être à la fine pointe des connaissances concernant le phénomène de la violence envers les femmes, les approches théoriques et d’intervention et les pratiques novatrices développées;
  • Mieux comprendre les réalités auxquelles sont confrontées ces femmes victimes de cette violence;
  • Saisir la complexité des réponses sociales qui doivent être apportées pour lutter contre cette problématique;
  • S’initier et participer aux débats actuels entourant le phénomène de la violence faite aux femmes.

Les plus de la formation

Cette année, l’université d’été se diversifie! Outre les conférences (méthode pédagogique habituellement privilégiée), des ateliers et une table ronde seront organisés. Non seulement des chercheurs, mais aussi des professionnels en exercice provenant de différents milieux de pratique interviendront.

Programmation

19 août

Journée d’introduction à la violence conjugale et à la violence faite aux femmes

Matin

Qu’est-ce que la violence conjugale? Qu’est-ce que la violence faite aux femmes?

Après-midi

Les différentes réponses sociales apportées à la violence conjugale


20 août

Approches d’intervention et intersectionnalité


21 août

Matin

Pratiques d’intervention

Après-midi

Prévention des violences à caractère sexuel


22 août

Matin

Violences envers les femmes dans l’espace public

Après-midi

Femmes victimes de violence conjugale et système de justice


23 août

Matin

La période post-séparation : des enjeux pour les femmes

Après-midi

Violence conjugale et milieux de travail

Événement

Date

19 au 23 août 2019

Lieu

Local C-3061
Université de Montréal
Pavillon Lionel-Groulx
3150, rue Jean-Brillant

Tarif (professionnels)

Journée : 150 $ (+taxes)
Semaine : 650 $ (+taxes)

Webinaire

Disponible pour ceux et celles ne pouvant se déplacer à Montréal. Suite à votre inscription et à la sélection des webinaires désirés, nous vous enverrons un lien qui vous permettra de vous connecter et d’assister en direct à l’événement.

32,5 heures de crédits formation continue

INSCRIPTION DES PROFESSIONNELS

Étudiants

Cours PRX6002 (3 crédits)
pour les étudiants de l’UdeM, l’inscription se fait auprès de votre technicien(ne) en gestion des dossiers étudiants (TGDE).

Pour les étudiants hors UdeM, consultez ce lien pour vous inscrire.

PLAN DE COURS

Inscription

Webinaire
Vous ne pouvez-vous déplacer à Montréal ?
L’entièreté de la formation sera offerte en webinaire.
Choisissez les journées et les moments qui vous intéressent et inscrivez-vous !

Étudiants
Cours de 3 crédits (sigle PRX6002)
Étudiants UdeM inscription auprès de votre TGDE
Étudiants hors UdeM : consultez ce lien pour vous inscrire.

Professionnels

Inscription à venir

Biographie des formateurs/trices

Caroline Cournoyer

Caroline Cournoyer, inspecteur, chef de la Section de la prévention et de la sécurité urbaine du Service de police de la Ville de Montréal. Ayant œuvré aux enquêtes durant la majorité de sa carrière, elle possède une expertise auprès des clientèles présentant plusieurs facettes de vulnérabilité. Mandataire du dossier corporatif de la violence conjugale et intrafamiliale pendant près de 5 ans, elle a reçu le prix Intersection pour la création d’un guide et d’une vidéo afin de présenter le processus de dénonciation policière lors de violence conjugale aux femmes allophones de Montréal. La vidéo est disponible  en 16 langues.

Gaëlle Fedida

Gaëlle Fedida, docteure en droit, a travaillé 18 ans avec Médecins Sans Frontières dans de nombreux pays. Comme directrice d'opérations, elle a publié plusieurs articles sur l'aide humanitaire ou les enjeux médicaux dans des revues internationales. Au Québec depuis 5 ans, Gaëlle a évolué dans la défense des droits avec divers organismes pour l'accès aux médicaments, les droits des personnes atteintes de cancer, la violence contre les personnes ainées, le droit au logement. Gaëlle est depuis quatre ans présidente de la Maison Flora Tristan, qui offre un hébergement de 1eret 2e étape pour femmes victimes de violences conjugales à Montréal; et coordonne l'Alliance des maisons d'hébergement de 2e étape pour femmes et enfants victimes de violence conjugale depuis octobre 2015.

Catherine Flynn

Catherine Flynn, Ph. D., est professeure associée au Département de psychosociologie et de travail social de l’Université du Québec à Rimouski et codirige les travaux de la cellule trajectoire de TRAJETVI. Elle est membre du collectif de recherche FemAnVi et collabore aux travaux du CRI-VIFF depuis 2006. Ses travaux de recherche portent principalement sur l’itinérance et la violence conjugale comme produits des violences structurelles envers les femmes. Elle développe également depuis quelques années une expertise sur les dimensions théoriques, empiriques et politiques de l’intersectionnalité et travaille à sa mobilisation dans les pratiques féministes avec les femmes.

Manon Monastesse

Manon Monastesse, M.A. Intervention sociale, a travaillé, dans les années 90, en défense de droits des femmes plus spécifiquement sur les litiges entourant la garde légale d’enfants, dont les enlèvements parentaux internationaux en Europe et au Moyen-Orient. De retour au Québec, elle poursuit ce travail au plan national et international et termine une maîtrise en intervention sociale (UQAM) dont le sujet porte sur l’intervention sociojudiciaire en matière de garde d’enfants dans un contexte de violence conjugale (2003). Elle coordonne par la suite la Table de concertation en violence conjugale et agressions à caractère sexuel de Laval (Québec) (2003-2006). Elle assume actuellement (depuis 2006), la direction provinciale de la Fédération des maisons d’hébergement pour femmes dont la mission vise la promotion du travail effectué par les maisons membres et la défense de droits des femmes violentées vivant de multiples problématiques sociales et leurs enfants auprès des acteurs sociaux du politique au communautaire par la sensibilisation, l’intervention, la concertation et la recherche et ce, au plan provincial, national et international. Elle a représenté la Fédération, lors de la Fondation du Réseau international des maisons d’hébergement pour femmes – Global Network of women’s shelters qui regroupe des maisons d’hébergement de tous les continents.

Marie Pier

Bachelière diplômée de l’Université de Montréal en psychologie depuis 2010, Marie Pier est entrée au sein du Refuge pour les femmes de l’ouest de l’île en 2011. Elle a débuté comme intervenante auprès des femmes victimes de violence conjugale dans la maison d’hébergement pendant un peu plus de 2 ans et est ensuite transférée, toujours auprès des femmes, aux services externes et y est depuis maintenant 4 ans. Dans le cadre de son mandat, elle accompagne les femmes dans leur processus de dévictimisation et de reprise de pouvoir sur leur vie ainsi que dans la déconstruction des conséquences de la violence sur elles en tant que femme.

Marie-Christine Plante

Marie-Christine Plante est adjointe à la direction à la maison d’hébergement Carrefour pour Elle depuis 2012. Elle est principalement responsable des activités de formation, de sensibilisation, de concertation et de représentation de son organisme dans la communauté. Elle est également chargée de cours à l’École de travail social de l’Université de Montréal depuis 2011. Bachelière et maître en service social, elle a également complété sa scolarité doctorale en sociologie. Ses principaux intérêts de recherche et d’intervention concernent les violences faites aux femmes, l’itinérance au féminin et les enjeux entourant la lutte à la pauvreté au Québec.

Louise Riendeau

Diplômée en criminologie à l’Université de Montréal, Louise Riendeau est coordonnatrice des dossiers politiques au Regroupement des maisons pour femmes victimes de violence conjugale, depuis 1992. À ce titre, elle a représenté son organisme au Comité conseil du Comité interministériel de coordination en matière de violence conjugale, sexuelle et familiale. Elle a participé activement aux travaux du Comité tripartite femmes et Justice et du Groupe de travail sur les services offerts aux femmes victimes de violence conjugale et à leurs enfants pilotés par le ministère de la Santé et des Services sociaux. Elle est actuellement présidente du Carrefour Sécurité en violence conjugale dont l’objectif est de favoriser la collaboration de plusieurs partenaires communautaires et institutionnels pour améliorer la sécurité des victimes de violence conjugale. Elle est membre du comité aviseur d’Hébergement femmes Canada.

Informations